L’hiver, lorsque les jours sont courts et que les journées de travail sont longues, il n’y a pas le choix : il faut courir de nuit pour conserver ses séances d’entraînements hebdomadaires ! Mais toute personne qui a déjà couru dans l’obscurité sait qu’il y a une vraie magie à pratiquer le Trail de nuit. En respectant quelques principes de base, on peut en tirer le meilleur bénéfice et un maximum de plaisir.

 

Trail de nuit : l’occasion d’être à l’écoute de soi et de son environnement

Courir de nuit procure des sensations uniques, surtout lorsque la pratique a lieu en pleine nature. Le silence de l’environnement entrecoupé par les bruits de la nature,  le champ visuel réduit au seul faisceau de sa lampe frontale, le souffle de sa respiration et l’impact de ses pas sont autant d’éléments qui prennent une dimension particulière. Le Trail de nuit est ainsi l’occasion d’un vrai rendez-vous avec soi-même et ses perceptions.

Mais pour en profiter pleinement en toute sécurité, gardons en tête quelques incontournables.

 

1. Adoptons les bons vêtements et accessoires

On pourrait résumer les choses de la façon suivante : bien voir, être bien vu et prévoir !

Une lampe frontale (suffisamment chargée pour la sortie !) éclairera notre chemin, plus ou moins loin selon le modèle choisi et les réglages.

Des vêtements et accessoires réfléchissants ou équipés de led nous permettront d’être bien vus par les autres et par les automobilistes en cas de traversée de route. Cela dit, considérons toujours par défaut que les conducteurs de voiture n’ont pas été attentifs à notre présence…

Si on court seul(e), un téléphone portable est indispensable et un petit ravitaillement (barre et boisson), même pour une sortie courte, n’est pas superflu. De même, en conditions froides, la couverture de survie est recommandée pour attendre les secours en cas de blessure car on se refroidit encore plus vite de nuit… Enfin, pensons au sifflet car si la frontale n’a plus de charge, on pourra au moins se faire entendre.

 

2. Prenons en compte les conditions météo

Dans les zones montagneuses, il est important de consulter la météo avant de partir car les conditions changent souvent vite : il vaut parfois mieux renoncer à sa sortie…

Quant au froid et à l’humidité de la nuit, la technique des 3 couches superposées  a fait ses preuves et elle est à adapter selon les conditions. Pensons aussi à protéger les extrémités avec des gants et bonnet car même en courant, ces parties du corps ont souvent besoin d’être protégées.

 

3. Restons concentrés sur le terrain et sur notre foulée

Le champ de visibilité étant réduit la nuit, il est essentiel de rester concentré sur sa foulée pour repérer les irrégularités du sol et éviter les blessures. Un bon modèle de chaussures adaptées aux conditions est bien sûr indispensable.

Enfin, si l’on débute la pratique du Trail de nuit,  il est préférable de courir sur des parcours que l’on connaît bien pour éviter les mauvaises surprises.

 

En respectant quelques principes de prudence, pratiquer le Trail de nuit est une belle expérience et les performances sportives sont d’ailleurs optimales en fin d’après midi et en début de soirée (rendement musculaire, flexibilité articulaire). Le plaisir de ces sorties sera  au rendez-vous et l’ambiance est encore plus sympa quand on court à plusieurs. Alors allons-y !

Une petite pensée pour la faune : évitons de la déranger lors de nos sorties!

 

Christèle
Pour l’équipe My Trail Box